mardi 22 janvier 2013

Sans âme de Gail Carriger

Sans âme
Gail Carriger
 
 
 


Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales.
Primo, elle n’a pas d’âme.
 Deuxio, elle est toujours célibataire et fille d’un père italien, mort.
Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui, défiant la plus élémentaire des politesses, ne lui avait pas été présenté.
Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau et compliqué, Écossais et loup-garou à ses heures – est envoyé par la reine Victoria pour enquêter sur l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable.
 Découvrira-t-elle ce qui se trame réellement dans la bonne société londonienne ? Qui sont vraiment ses ennemis, et aiment-ils la tarte à la mélasse ?
 
 
J'ai lu beaucoup de chroniques positives sur ce livre, je n'ai donc pas hésité à " l'embarquer " quand je l'ai vu à la bibliothèque.
Je dois dire que le début était un peu chaotique. Il y a bien longtemps que je n'ai pas eu un classique dans les mains ( depuis le lycée en fait ) et en dehors de Jane Austen , je n'ai pas souvent rencontré ce " style " d'écriture dans mes lectures.
 
Cependant, je ne sais pas si c'est un effet de mon imagination ou si c'est dû au fait qu'on s'habitue vite mais par la suite, on ne fait plus du tout attention au vocabulaire employé et on se fond dans l'histoire avec délectation.
L'histoire est extrêmement sympathique et les personnages sont tout à fait attachants.
 
Alexia m'a bien fait rire avec ses remarques et ses mimiques. C'est une femme du 19ème siècle mais elle est indépendante, veut se rendre utile, ne supporte pas qu'on lui dise ce qu'elle doit faire ni qu'on la contredise. Malgré tout, son physique ( qu'on trouverait magnifique aujourd'hui mais qui semble être une tare à cette époque ) , même si elle s'évertue a en faire un atout lui pose beaucoup de problème de confiance en soi. Elle est drôle et touchante, un cocktail parfait !
 
J'ai beaucoup aimé le côté bourru de Lord Maccon et les scènes avec Alexia sont à mourir de rire. J'espère qu'il y aura toujours autant de scènes de ce type dans le tome 2
 
L'auteur est parvenue à mélanger le style victorien au surnaturel et c'est une réussite. Ça parait presque naturel qu'un vampire côtoie une jeune femme aux longues jupe et à l'ombrelle ;) Comme quoi on s'habitue à tout ! L'intrigue est simple, certes mais on n'en attend pas plus, le reste est tellement sympathique que l'ensemble reste très agréable.
 
Je commence de ce pas le tome 2 même si j'ai un peu peur car les avis sont moins positifs ! "Qui vivra verra ! "
 
 

2 commentaires:

  1. Ravie de voir que ce livre t'a plu !^^
    Je suis une fan d'Alexia et de Lord Maccon...Et j'ai hâte de lire le 5ème et dernier tome !!!
    Perso, j'ai bien aimé le tome 2, même s'il est très différent du 1er...
    (Mais ça doit être mon côté romantique, fan des décors façon "Hauts de hurlevent", je suppose ^^)
    Bonne découverte de la suite et bienvenue au club des adeptes du Protectorat de l'ombrelle ;)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai beaucoup aimé, ça c'est clair ;) et je suis dans le tome 2 qui me plait beaucoup aussi ! :D

    RépondreSupprimer

Merci :D

Une petite citation ?

"Chaque lecture est un acte de résistance. Une lecture bien menée sauve de
tout, y compris de soi-même"

Daniel Pennac