mercredi 10 avril 2013

Cinquante nuances plus claires de EL James

Cinquante nuances plus claires.
EL James



A présent réunis, Ana et Christian ont tout pour être heureux : l'amour, la fortune, et un avenir plein de promesses. Ana apprend à vivre dans le monde fastueux de son M. Cinquante Nuances sans perdre son intégrité ni son indépendance tandis que Grey s'efforce de se défaire de son obsession du contrôle et d'oublier son terrible passé.
Mais bientôt, alors que tout semblait leur sourire, le destin les rattrapes et leurs pires cauchemars deviennent réalité ...
Un happy end est-il possible pour Grey et Ana ?
 
 

On termine la trilogie fifty Shades sur une note … mitigée dirons nous.
Le début a été un vrai calvaire à lire ( non, non je n'exagère pas. ) J'ai eu énormément de mal à me plonger dans le roman et ce pendant au moins les 200 premières pages. Heureusement que c'est un bon pavé sinon je vous laisse imaginer l'ennui !
 
J'ai détesté le style du début. Le premier tome jouait dans le sexe , le second on entrait doucement dans une romance, et dans ce troisième tome, la romance est bien installée et c'est complètement indigeste ! Des «  je t'aime »,«  tu es à moi », «  Oh Christian », «  Oh Ana !!!! » et j'en passe … C'était franchement horrible à lire, , J'avais envie de jeter le roman ( c'est un emprunt alors on évite ^^ ). Mais plus sérieusement, je vous assure que j'ai failli abandonner plus d'une fois !
 
Ensuite, je suis d'accord, on est dans une romance érotique, il y a du sexe, on le sait mais quand dans une journée, on nous conte cinq actes sexuels, ça devient très lassant. Ça se passe dans la voiture, dans la salle de bain, dans la chambre rouge, dans leur chambre … Quel couple normal fait l'amour cinq fois dans une journée, sept jours sur sept ? En toute honnêteté je pense qu'il n'y en a pas beaucoup. Du coup durant les 200 premières pages, on a que ça. Il ne se passe pas grand chose d'autre. En plus, plus cul cul la praline tu meurs. Un début qui m'a déplu au plus haut point.

Et puis on se dit que c'est le dernier, qu'on ne peut pas abandonner là, qu'il faut connaître la fin alors on continue. Et pour finir, on prend enfin plaisir à lire. Bon, tout ce que je reproche au dessus ne s'efface pas, c'est toujours là mais une intrigue apparaît, ce qui nous fait un peu oublier les choses péjoratives. Ana est plus agréable dans ce dernier tome. Sans être un personnage que j'adore, elle prend un peu plus d'assurance, et même si c'est continue à céder à Christian, elle s'affirme un peu plus, ose se rebeller et imposer ses choix. Quand à Christian, toujours en cinquante nuances, je l'ai bien aimé dans ce dernier tome ( si, bien sur, on met de côté ses phrases trop à l'eau de rose ). Pourtant qu'est ce que j'aime les romances ! Mais là , pour le coup, ça ne passe pas du tout, allez savoir pourquoi …

J'ai malgré tout dévoré le roman comme les deux premiers. L'auteur parvient toujours à nous faire continuer quoi qu'il arrive, d'autant plus que c'est le dernier tome. En ce qui concerne l'intrigue, pas de surprises, l'auteur nous a d'ailleurs annoncé la couleur à la fin du tome 2 donc on sait ce qui va se passer.Ca n'empêche pas de donner un nouveau souffle à l'histoire.

La fin est à la hauteur de mes attentes, c'est d'ailleurs le gros point positif du roman. Je l'espérais comme cela et je termine donc sur une note positive.
 
Pourtant, je ne retire pas grand chose de cette trilogie au final. Elle m'aura permis de connaître un nouveau genre, car avant cette année, je n'avais jamais lu de romance érotique. Mais je pense que même si on est pas particulièrement fan de cette saga, elle a le don de vous rester en mémoire et de vous marquer. Le pari est donc gagné ^^

 




2 commentaires:

  1. voici une saga que je ne lirai jamais!!! lol

    RépondreSupprimer
  2. J'ai réussi à lire le tome 1, j'ai commencé le tome 2, j'ai peiné à aller jusqu'à la moitié et j'ai abandonné ! Impossible d'aller plus loin, une horreur !

    RépondreSupprimer

Merci :D

Une petite citation ?

"Chaque lecture est un acte de résistance. Une lecture bien menée sauve de
tout, y compris de soi-même"

Daniel Pennac