dimanche 23 juin 2013

La maitresse de Clarewood de Brenda Joyce

La maitresse de Clarewood
Brenda Joyce


 Angleterre, Régence. Après le décès de sa mère, Alexandra Bolton a dû renoncer à ses rêves de jeune fille pour se consacrer à l'éducation de ses sœurs. Une tâche d'autant plus ardue que leur père a préféré noyer son chagrin dans l'alcool et dilapider dans les salles de jeu le peu d'argent qu'il leur restait. Pour Alexandra, le seul moyen de sauver les siens de la ruine est d'accepter la demande en mariage d'un vieil aristocrate fortuné. Un sacrifice auquel elle consent sans ciller... jusqu'à sa rencontre avec Stephen Mowbray, le très scandaleux duc de Clarewood. Dès le premier instant, celui-ci ne cache pas son désir de faire d'elle sa maîtresse - une parmi tant d'autres. Une tentation affolante à laquelle Alexandra, partagée entre devoir et désir, va devoir résister. Car si la jeune femme ne peut nier la passion que le duc éveille en elle, elle refuse de céder à ses avances : l'honneur de sa famille passe avant tout. Mais Stephen, n'est pas homme à renoncer aussi aisément. D'autant qu'aucune femme, jamais, n'a su lui résister. Et lorsque la passion flambe enfin entre les deux amants, un terrible secret menace cette fois de les séparer à jamais...

 
Je suis tombée totalement par hasard sur ce livre. Je consultais les réductions proposées par Amazon sur les ebooks et j'ai vu la promotion sur certains harlequin. Celui ci avait de très bons avis et vu le prix, et mon engouement pour la romance je me suis lancée.
Je l'ai commencé immédiatement et franchement j'ai adoré. Je ne m'attendais pas à une histoire aussi bien construite et pas si simple que ça au final.
 
Le cadre choisi par l'auteur est idéal pour les relations tumultueuses et compliquées ( exactement ce que j'aime ) et l'auteur est totalement parvenue à exploiter chaque possibilité.
 
Elle a créé un réel univers où rien n'est laissé au hasard. Les personnages sont très crédibles et j'ai d'ailleurs adoré Alexandra. Elle est douce, forte et ne s'apitoie jamais sur son sort. Quant au duc e Clarewood, j'ai aimé son côté sombre et ténébreux. Son passé fait de lui un homme dur qui campe sur ses positions mais qui a un grand besoin d'amour sans vouloir se l'avoir.
 
Alors on se demande évidemment si ce n'est pas " cul cul la praline" et justement, non pas du tout ! Parce que même s'il s'agit du romance, le livre ( qui fait tout de même 500 pages ) ne gravite pas autour de cette romance. Il s'agit surtout de décrire une époque où les bonnes manières prennent une place démesurée, où votre réputation ne tient qu'à un fil, où les femmes ne sont considérées que comme de futures mères et où leur place est dans les salons à prendre le thé et discuter de choses mondaines.
 
 
C'est une critique de la société sur fond d'histoire d'amour et je le dis haut et fort, moi ça me fait rêver !! Du rêve pendant 500 pages pour seulement 2 euros ... Que demander de plus ? Je crois que la promotion est toujours d'actualité si elle vous intéresse. En tout cas moi je ne regrette pas et je le pense vraiment. Bon, bien sur il faut aimer la romance hein, ce n'est pas donner à tout le monde mais quand on adore ça, ce livre est un petit bijou !

2 commentaires:

  1. Merci pour cet avis, tu me donnes très envie de le lire!

    RépondreSupprimer
  2. Je le note !!!! ça pourrait être sympa !! bises !

    RépondreSupprimer

Merci :D

Une petite citation ?

"Chaque lecture est un acte de résistance. Une lecture bien menée sauve de
tout, y compris de soi-même"

Daniel Pennac