mercredi 13 mars 2013

Roméo forever de Stacey Jay

Roméo forever
Stacey Jay

 
 
Souvenez-vous. Roméo se tue pour Juliette. Juliette se tue pour Roméo. La suite, on ne vous l'a jamais racontée. Les deux anciens amants sont devenus immortels... mais ennemis. Ils s'affrontent depuis des siècles, elle incarnant le Bien, lui le Mal. Jusqu'au jour où, au hasard d'une rencontre, Juliette tombe amoureuse... d'un autre. Roméo est prêt au pire pour se venger. Au risque d'oublier Juliette.

 
Je tiens tout d'abord à remercier les éditions Nathan-Macadam ainsi que le forum Livraddict pour m'avoir offert ce livre !

Après avoir lu et apprécié le premier tome, c'est avec enthousiasme que je me suis penchée sur Roméo Forever. Ce fut une lecture agréable dans l'ensemble mais un peu moins passionnante que je l'espérais au début. Je dis cela surtout par rapport à l'histoire car le style de l'auteur reste inchangé. Tant mieux d'ailleurs car c'est un point qui m'avait énormément plu dès le début : Stacey Jay utilise un vocabulaire simple, des phrases courtes et juste ce qu'il faut de détails pour rendre l'histoire parfaitement compréhensible sans être trop difficile à digérer ! Non, sur ce point, rien à dire j'ai toujours autant apprécié sa façon d'écrire.
Mais j'ai trouvé le récit peu entrainant. Ici, on se concentre sur l'histoire d'amour et beaucoup moins sur l'action. C'était bien sympathique au début mais j'ai trouvé cela très lassant à la longue. Il y a peu de péripéties, en tout cas moins que j'en espérais et tout est basé sur les sentiments. J'ai eu l'impression que tout l'intérêt du roman résidait en ce fait et que le reste était mis au second plan. De plus, l'histoire est parfois assez complexe. Je me suis perdue dans les retours en arrière, les scènes qu'on revit sous différents angles entre le passé et le futur, la réalité et une autre réalité … J'ai perdu souvent le fil et cela m'a empêchée de me plonger totalement dans cette lecture.
J'ai quand même prit plaisir à retrouver le personnage de Roméo qui est à nouveau envoyé dans le corps de Dylan, mais pour une toute autre raison que la première fois. Je l'ai aimé dans le tome 1 mais ici, sa personnalité déjà complexe est très intéressante à explorer. Rongé par ce qu'il était avant, il a du mal à se dire qu'il peut être quelqu'un de bien et quand enfin il y parvient, son passé le rattrape.
Quant à Arielle qu'on retrouve également entièrement ( sans Juliette qui possède son corps ), c'est une jeune fille attachante qu'on prend plaisir à suivre. Même si j'ai trouvé qu'elle était parfois un peu trop naïve et qu'il ne lui fallait pas grand chose pour accepter les phénomènes paranormaux comme un fait naturel, très simple à s'expliquer.
J'ai fait une pause en pleine lecture justement à cause du manque de péripéties et c'est pourtant avec plaisir que j'ai continué la lecture. Les quelques chapitres qui me restaient à lire ont été dévorés. Car j'ai trouvé la fin à la hauteur de mes attentes. C'est un final qui ne nous laisse pas sur notre faim, on apprend tout ce qu'on voulait savoir depuis le tome 1 et si beaucoup de zones d'ombre dans les deux romans rendaient parfois la lecture difficile, tout finit par devenir clair à la fin. L'auteur a réellement réécrit le mythe à sa sauce, il n'a absolument plus rien à voir avec la tragédie de Shakespeare. Et quelle imagination ! On ne peut qu'être admiratif du talent de Stacey Jay qui est parvenue, il faut le dire à nous faire totalement oublier l'histoire originale.
En définitive, c'est un roman agréable, avec une fin grandiose et si on y ajoute le premier tome, ce fut une saga bien sympathique qui réussit tout à fait à nous faire passer de bonnes heures de lecture :D
 
 
 
 

3 commentaires:

  1. J'aime la couverture ♥♥ Je le vois beaucoup en ce moment sur les blogs ce livre, beaucoup d'avis positifs^^

    RépondreSupprimer
  2. Ah ! A noter alors...^^
    Pis si c'est un diptyque uniquement, ça c'est bien aussi !!! :P

    RépondreSupprimer

Merci :D

Une petite citation ?

"Chaque lecture est un acte de résistance. Une lecture bien menée sauve de
tout, y compris de soi-même"

Daniel Pennac