vendredi 19 septembre 2014

Jamais deux sans toi de Jojo Moyes

Jamais deux sans toi
De Jojo Moyes



 La vie de Jess est un désastre. Son mari a disparu de la circulation, son fils revient du collège couvert de bleus, et elle n’a pas les moyens de payer à sa fille, petit génie des maths, l’école prestigieuse qui la promettrait à un brillant avenir. Alors qu’elle finit par se faire à l’idée que sa vie n’est qu’une somme de galères, la chance lui sourit enfin.
La chance, ou plutôt le millionnaire dont Jess entretient la maison de campagne. Accusé de délit d’initié, Ed est en mauvaise posture : il risque d’être ruiné et envoyé en prison si son procès tourne mal. Soucieux de s’acheter une conduite, il se propose de venir en aide à Jess. Que va donner l’addition de leurs petits et grands désastres individuels ?




Je tiens tout d’abord à remercier Babélio ainsi que les éditions Milady pour la découverte de ce roman.
Jamais deux sans toi sortira le 24 octobre.

Quand j’ai pu découvrir le résumé, la tentation de lire ce livre a été très forte. C’est donc rapidement que je me suis lancée dans cette lecture et globalement, il s’agit d’une belle découverte. 

La première chose qui me plait dans ce livre, c’est le style de l’auteur. J’ai eu l’occasion de lire Avant toi il y a quelques mois et j’ai pu constater que Jojo Moyes est restée fidèle à elle-même. Le vocabulaire est simple, les phrases sont courtes, les chapitres bien découpés. Tout est fait pour plaire au plus grand nombre. L’une de ses grandes forces, selon moi, réside dans la facilité avec laquelle elle retranscrit les sentiments. Impossible d’y échapper, on vit l’histoire à fond.

Autre gros point fort : Le personnage de Jess. Je me suis tout de suite attachée à elle et à sa vie. Elle vit un calvaire quotidien, se démène pour subvenir aux besoins de sa famille et pourtant sa ligne de conduite est toujours la même : être optimiste, voir le bon en tout. C’est un personnage fort comme j’aime en voir en littérature. On éprouve aucun mal à s’identifier à elle et à la respecter pour ce qu’elle est, tout simplement. Quant à Ed, l’autre personnage important du roman (bien que tous les personnages aient leur importance), j’ai eu un peu plus de mal avec lui. Autant Jess est un personnage entier, autant Ed m’a parue très effacé. J’ai trouvé qu’on découvrait quelques brides de sa personnalité par ci par là mais sans que cela soit suffisant. Je m’étais faite une idée bien précise du personnage au début et puis finalement, son évolution n’a pas été à la hauteur de ce que j’espérais. En ce qui concerne les enfants de Jess, ils apportent beaucoup de fraicheur au roman et c’est très appréciable.

C’est une histoire sympathique, le thème est bien choisi et même si j’ai passé un bon moment, je ne cache pas ma déception. En fait, c’est surtout que je ne m’attendais pas à ces péripéties. J’ai adoré le début de roman, adoré la fin et ses rebondissements mais le milieu m’a parue très long. Je me suis ennuyée pendant plusieurs chapitres. De même, certaines situations sont vraiment trop simplistes à mon goût. Les personnages vivent quelque chose de terrible et puis tout à coup une solution à leur problème se présente d’elle-même, ni plus, ni moins. Du coup, certains moments sont assez peu crédibles.

Et puis forcément comme on peut s’y attendre il y a l’histoire d’amour … qui ne m’a pas fait rêver. Certes elle est mignonne, mais j’aime quand c’est compliqué et passionné et ce n’est pas comme ça que j’ai ressenti  la chose. Mais c’est une affaire de goût car au final l’histoire d’amour est là, libre à tous de l’apprécier ou pas.

J’ai adoré la fin et ses rebondissements. Après une période ennuyeuse, la fin est une bouffée d’air frais. J’ai avalé les derniers chapitres à toute vitesse. C’est exactement le genre de fin que j’adore. J’ai refermé le livre avec un grand sourire et sur une note positive. C’est bien trouvé et c’est bien écrit. Alors on oublie vite ce qui nous a déplu !




En résumé, j’ai passé un bon moment malgré quelques déceptions.
Je le conseille à tous les personnes voulant s’évader et ne penser à rien d’autre J

2 commentaires:

Merci :D

Une petite citation ?

"Chaque lecture est un acte de résistance. Une lecture bien menée sauve de
tout, y compris de soi-même"

Daniel Pennac